vendredi 14 mai 2021

haïkiste en vedette cette semaine: Michèle Vernerie, 14 mai 2021

 

photo de Patrizia08 | Pixabay création V. Champoux


Entrevue avec Michèle Vernerie qui habite en France et qui s'est tout de suite reconnue dans le haïku, par sa concision et sa simplicité. Je vous invite à aller visiter son blog http://mimiclectik.canalblog.com/


Michèle, quand et comment avez-vous découvert le haïku ?

- J’ai rencontré le haïku il y a une quinzaine d’années en cherchant des renseignements sur la poésie courte. J’ai alors fait la connaissance des grands maîtres du haïku : Bashô, Buson, Issa, Shiki, Santoka… puis des haïkistes contemporains via des sites et des revues. Ceci m’a permis de découvrir la richesse et la variété d’expressions possibles qu’offrait ce poème minuscule. 


Pourquoi aimez-vous les haïkus, que vous apportent-ils ?

- La concision étant un des traits de mon caractère, j’ai été ‘emballée’ par cette forme de poésie dans laquelle je me suis tout de suite reconnue.
J’apprécie donc la concision et la simplicité du haïku qui, sans artifice, exprime toute la richesse d’une situation en très peu de mots, où la personne s’efface au profit d’une réalité plus vaste.



Quelles sont les règles que vous tentez de respecter quand vous écrivez un haïku?


- J’essaie de respecter une respiration et un rythme dans mon haïku notamment avec une césure et la règle du 5-7-5 ; j’utilise même un rythme de 3-5-3 lorsque j’ai réussi à épurer mon expression et que 17 syllabes me semblent trop longues. Je m’affranchis parfois de cette règle tout en veillant au rythme court, long, court. J’y inclus le plus souvent un mot de saison. Mais au départ, le plus important : le haïku vient ou ne vient pas… C’est lui qui décide, je ne le force pas! 


Un grand merci à Michèle Vernerie pour cette belle entrevue rythmée. N'hésitez-pas à lui écrire un commentaire sur sa page personnelle car les commentaires en page d'accueil disparaissent après une semaine.

mercredi 5 mai 2021

haïku de Kamel Meslem


Retour des beaux jours

sous le cerisiers en fleurs

la main dans la main



***



Rivière de printemps

déversant le cours d'eau

mes pensées suivent



***



L'adieu d'hier

dans le silence de la nuit

la chandelle s'enflamme



***



Le soleil s'éloigne

le jour passe avec le chemin

départ d'une amie



***



Bientôt le printemps

les berges fleuries de l'étang

retour des oiseaux



***



Première tulipe

en ta verve jouvence

l'an se rajeunit



***



Matin de printemps

l'or d'un soleil tremblant

le mimosa éclate




***



Jardin de printemps

senteurs subtiles de la fleur

le sourire répand


Kamel Meslem | Facebook


samedi 1 mai 2021

haïkus de Séverine Coquidé (Sève en Cimes)


Dans le clair-obscur

Derrière le branchage

Deux yeux orangés



***



Sur la terrasse

Au loin le bruit des voisins

Et moi sous les fleurs



***



Réconfortants rayons

Au ras de l'eau l'embarcation

Quiétude totale



***



Bise printanière

Dedans le taillis frémissant

Le chevreuil bondit!



***



Sur la bûchette

D'aplomb sur la tranche

La chevêchette



***



Un semblant d'hiver

On entend les gouttes d'eau

Le soleil en pot



***



Les fruits de l'hiver

Rouge carmin et noir corbeau

Sur la branche givrée



***



Tapis de pétales

Mes pieds nus sur le sol

Enchantent le ciel