jeudi 31 octobre 2019

haïkus de Patrick Fetu


bouquinistes
sur mes doigts s'impriment
les senteurs du passé




***




maison de poupée
celle de chiffon
se retrouve au coin




***




premiers rayons
l'escargot calligraphie
la table de jardin




***




vente aux enchères
à chaque coup de marteau
des souvenirs en moins




***




si loin -
sa lettre lue et relue
le rapproche un peu




***




lune ronde
le regard attendri
de la femme enceinte




***




l'iris fané
le petit escargot jaune
lui prête sa couleur




***




confinement
les arômes de liberté
dans mon thé au citron


3 commentaires:

  1. Ah la neige, de moins en moins par chez moi, reste l'écorce des arbres pour écrire, mais ce n'est pas "bien" ! ;-) JB

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Patrick,
    Du plaisir à te lire, à défaut de celui de te rencontrer, qui devient de plus en plus rare !☺︎
    Bise et à une prochaine.
    Jo

    RépondreSupprimer