mercredi 1 janvier 2020

haïkus de Micheline Boland


s'il pouvait parler
que nous apprendrait le phare
des secrets des flots ?




***




juste un pied dans l'eau
juste une petite vague
pantalon mouillé




***




tout en haut du phare
oublier ses idées sombres
seul compte le ciel




***




hiver de ma vie
les soupirs des éoliennes
aucun chant d'oiseau




***




les oiseaux si rares
plus besoin d'épouvantails
dans les champs de blé




***




baisers interdits
prendre mon chat dans les bras
pour me rassurer




***




matin de printemps
aucun enfant, juste un geai
dans la cour d'école




***




ville désertée
solitude printanière
mes amis me manquent



haïku coup de cœur 💗 de l'auteure de sa première sélection;


surface de l'eau
théâtre d'ombres chinoises
où passe la lune





Aucun commentaire:

Publier un commentaire