mercredi 5 février 2020

haïkus de Marie Derley



quartier chaud
moi seule attend le bus
pour de vrai


***




portées par le vent
une odeur de frites et
la voix de Johnny




***




du jardin au frigo
du frigo au jardin
ses souliers boueux




***




vernis à ongles
mes orteils ont la couleur
des fraises que je cueille




***




flemme d'été
regarder passer des nuages
qui n'avancent pas




***




ah! lire dans l'herbe -
finalement Montaigne
me sert d'oreiller





***




cabinet médical / du doc
entre les bruits de toux
un silence de mort




***




peinture fraîche
les pigeons de la terrasse
taguent la déco



Haïkus tirés du recueil de haïkus En souriant, Ed. Renée Clairon 2018, 170 p., 12€

1 commentaire:

  1. Je partage le café religieux !☺︎
    Amicalement,
    Jo(sette) Pellet, haïjin et kajin (comme toi)

    RépondreSupprimer