mardi 26 novembre 2019

haïkus de Fabienne Bille (Jill Bill)


Se mettre au vert
un thé pour une douce heure
Quand le jour se tasse




***




Des nuits blanches
le sommeil sa bête noire
Faire grise mine




***




Ville fantôme
le pigeon tourne en rond
Où casser la graine




***




Fourrée la botte
comme la gaufre de janvier
Courir les étrennes



***




Le terminus
au caveau descendre
Poussière de nous




***




Chaton de poussière
va se cacher sous le lit
Ouste du balai!




***




I'cône de l'été
ne laisse pas de glace
fondre de plaisir




***




Crachin breton
Du parapluie en vue
Baleines sur le port



haïku coup de cœur 💗de l'auteure de sa première sélection;

Six sous de vin
dès que le marin au port
Un porc si saoul




6 commentaires:

  1. Merci à vous, et longue vie à ce blog dédié aux amateurs de cet art du poème japonais… JB

    RépondreSupprimer
  2. sandre s’éteindrait dans l’eau ? ;-)
    Très très beau 🙏

    Je me joins à vous pour les remerciements
    Un salut particulier à Madame Champoux

    RépondreSupprimer
  3. Coucou Fab'Jill, une forme de poésie qui te sied comme un gant, mais je n'apprends rien ! Petit festival sur cette page de jeux de mots dont tu as le secret qui sont autant de forts ressentis, sourire et gravité mêlés. Bises !

    RépondreSupprimer
  4. Coucou Lenaïg… Merci d'être passée par ici… je t'embrasse, JB

    RépondreSupprimer
  5. Un café crème
    sur le zinc du comptoir
    Pourboire du matin

    Particulèrement celui là! merci à vous Franny la Mouette Aubry

    RépondreSupprimer
  6. On retrouve les parapluies (que vous aviez appréciés dans ma première sélection;) J'aime beaucoup vos jeux de mots. Merci à vous!

    RépondreSupprimer